à la UNE

Les territoires à énergie positive en marche

2016 marque le lancement des premières actions des territoires à énergie positive pour la croissance verte ( TEPCV ). Ces quelque 212 territoires, labellisés par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, s’engagent notamment à rechercher l’équilibre entre la consommation et la production d’énergie à l’échelle locale, en réduisant leurs besoins énergétiques. Ils peuvent compter sur ERDF pour les assister dans leur démarche !

Les projets labellisés (212 sur 500 candidatures) ont été sélectionnés par le ministère en fonction de la qualité de leur proposition et de leur contribution aux objectifs inscrits dans la Loi de transition énergétique pour la croissance verte. Ils comprennent six domaines d’action prioritaires : la réduction de la consommation d’énergie, la diminution des pollutions et le développement des transports propres, le développement des énergies renouvelables, la préservation de la biodiversité, la lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets et enfin l’éducation à l’environnement.

Ces territoires TEPCV s’engagent également à favoriser les potentiels énergétiques locaux, les innovations industrielles génératrices d’emplois non délocalisables, mais aussi à renforcer les solidarités entre les territoires. Une dynamique dans laquelle ERDF s’inscrit pleinement en leur offrant un accompagnement de proximité, adapté aux spécificités de chaque territoire. Par exemple, le TEPCV de l’intercommunalité Pays S.U.D en région PACA travaille à la mise en place d’un écoquartier autosuffisant en énergie, à la création d’une aire de co-voiturage mais aussi à la rénovation énergétique de l’éclairage public. En Bourgogne, ce sont onze communautés de communes qui se mobilisent pour bâtir un plan d’action commun, en débutant par un état des lieux et un diagnostic précis du territoire.

Ainsi, en fonction de ses engagements spécifiques, chaque collectivité territoriale peut bénéficier de la part d’ERDF :

  • de conseils pour l’implantation de bornes de recharge pour véhicules électriques

  • d’installations pour la production d’énergie renouvelable,

  • de bilans de consommation et de production électrique sur son territoire,

  • de la mise à disposition de documents de sensibilisation ou d’outils pédagogiques,

  • ou encore d’une expertise dans le domaine des smart grids.

L’ensemble de ces informations fournies par ERDF permettent aux élus de conforter leurs diagnostics et d’identifier finement leurs potentiels énergétiques pour réaliser leurs politiques publiques.

Ces engagements se concrétisent par des conventions de partenariat entre ERDF et les collectivités locales.


Danielle Lamalle


Danielle Lamalle, chargée de mission au Conseil régional de Bourgogne, explique les engagements du TEPCV de la communauté de communes de Bligny-sur-Ouche, en Côte-d’Or, dont la convention de partenariat a été signée lors des Assises Européennes de la Transition Energétique en janvier à Dunkerque.


« Notre territoire était déjà engagé dans une démarche TEPOS initiée en 2012 par l’ADEME et la région Bourgogne et nous disposions déjà d’un bilan énergétique de notre territoire. Nous étions donc prêts à nous engager dans ce projet de TEPCV.

Aujourd’hui nous avons plusieurs projets : la rénovation énergétique de bâtiments publics au standard BBC, la construction d’un pôle scolaire à énergie positive, l’achat d’un véhicule électrique pour le portage de repas ou de médicaments aux personnes âgées et l’acquisition d’un massif forestier de 200 hectares.

Tous les élus du territoire sont impliqués, car il faut gagner le pari de l’appropriation citoyenne. Mais la démarche TEPCV, c’est aussi faire travailler les entreprises locales, faire en sorte qu’elles montent en compétence et que la valeur ajoutée issue des nouvelles énergies et de l’efficacité énergétique soit réinjectée sur le territoire. »

territoires

Recharge des véhicules électriques
mode d’emploi

D’ici 10 ans, nous serons plus d’un million en France à utiliser un véhicule électrique. La loi de transition énergétique pour la croissance verte fixe un objectif de 7 millions de points de charge à l’horizon 2030, incluant plusieurs centaines de milliers de bornes sur l’espace public. Pour répondre aux besoins de ce nouveau parc automobile, les collectivités adaptent d’ores et déjà leurs infrastructures.

Hervé Brouillard, vice-président en charge du plan climat territorial à Valenciennes-Métropole, nous détaille les défis qu’il a relevés avec ERDF pour proposer le meilleur service à ses administrés. Le distributeur accompagne notamment les territoires dans ce défi en raccordant les nouvelles installations de charge, en optimisant les implantations et les choix de recharge, en garantissant la capacité du réseau à fournir la puissance requise ou en maintenant une qualité de tension et de service pour tous les usages du réseau.


interview d’hervé brouillard

Vice-président en charge du plan climat territorial à Valenciennes Métropole


Hervé Brouillard

En quoi consiste votre projet de mobilité électrique ?

Ce projet, impulsé par la région Nord Pas de Calais-Picardie, a pour objectif d’installer 37 bornes de recharge pour véhicules électriques sur le domaine public de Valenciennes-Métropole, dans le centre-ville et dans les communes périphériques. Il va permettre aux utilisateurs de véhicule électrique de le recharger très rapidement, et à un coût très faible : un plein électrique ne coûtera pas plus de 3 € .


Où en est le développement de la mobilité électrique sur votre territoire ?

Nous avons déjà recensé auprès des communes les emplacements des bornes et nous avons fait une étude sur le nombre de véhicule électrique sur notre territoire. Il est encore relativement faible. Je crois qu’il ne faut pas être en retard d’un train. Nous avons voulu d’abord installer des bornes avec notre partenaire ERDF et demain, plus il y aura de véhicule électrique, plus les gens sauront que ces bornes sont à leur disposition .


Comment avez-vous travaillé avec ERDF ?

Quand nous avons signé ce contrat avec la région sur le développement des bornes d’écomobilité, l’objectif était de réfléchir aux meilleurs emplacements possibles. Nous avions prévu avec les communes des emplacements sur le domaine public en accord avec les maires. L’assistance technique d’ERDF a consisté à nous dire : « Attention, si vous positionnez la borne plutôt à tel endroit, on va faire plus d’économies par rapport au raccordement au réseau » . La technicité, le savoir-faire et la connaissance du terrain d’ERDF nous ont permis de recenser les meilleurs points d’installation possibles, et d’économiser 22 000 €, soit près de 40 % par rapport au budget prévu.


Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Hervé Brouillard lors des Assises Européennes de la Transition Energétique le 27 janvier 2016, sur l'espace de dialogue reseaudurable.com

quelques chiffres-clés

La mobilité
électrique
en 2016 

véhicule électrique

61 000

véhicules électriques
en circulation
point de recharge

12 000

points de charge
accessibles au public
émissions de CO2

10

fois moins
d'émission de CO2 avec un
véhicule électrique
trajet moyen quotidien en France

31 km

trajet moyen
quotidien en France
autonomie véhicule électrique

120 km

d’autonomie
moyenne d’un véhicule
électrique
coût de l'énergie

2€ vs. 9€

coût de l’énergie
pour faire 100 km.
Véhicule électrique
vs. véhicule thermique


innovations

Les startups en action dans les territoires

En 2015, ERDF lançait le concours « Réseaux électriques intelligents ». 250 startups et PME ont participé et 25 entreprises ont été primées sur l’ensemble du territoire. Les cinq lauréats nommés en fin d’année entament en 2016 leur collaboration avec ERDF et développent désormais de manière très concrète leur solution innovante dédiée aux smart grids.
Expérimentation de prototypes, créations d’emplois, gain de notoriété et de crédibilité, élaboration de nouvelles offres… Autant d’issues positives pour ces entreprises souvent jeunes et en plein développement. Retours sur les quatre lauréats.


Prix coup de coeur
Coup de coeur ERDF

Assistant virtuel pour technicien 3.0

Castres (Tarn)

SIREA Group – 15 salariés – créée en 1995

SIREA Group a développé une application offrant aux techniciens d’ERDF une assistance technique lors de leurs opérations de maintenance ou de dépannage. Cette solution, accessible à tout moment depuis une tablette, intègre la réalité augmentée et la localisation GPS pour offrir des informations particulièrement précises aux techniciens. Ainsi, les techniciens peuvent répondre plus rapidement et précisément aux demandes des collectivités.
Témoignage d’Ana Monreal Vidal, directrice du projet et de Bruno Bouteille, Président fondateur de SIREA.

réalité augmentée SIREA


ERDF : Qu’est-ce qui vous a poussés à participer au concours ?

Ana : Nous étions déjà en train de travailler sur un projet en ligne avec l’une des thématiques du concours d'ERDF.

Bruno : Nous avons été sélectionnés au niveau régional et cela nous a reboostés pour aller plus loin : c'est devenu un élément fédérateur et porteur d'espoir pour l'entreprise.

ERDF : Quels sont les avantages pour Sirea aujourd’hui ?

Bruno : Ce prix est un gage de qualité pour tous nos contacts. Gagner le concours a permis de consolider l’image de l’entreprise : mettre en avant ses compétences et ses savoir-faire. Nous avons été surpris du nombre de retombées positives de la part de nos clients et relations. Cela a eu un impact très important pour une PME comme la nôtre, qui reste toujours en recherche de visibilité auprès de prospects.

ERDF : Comment ERDF vous accompagne sur le projet ?

Ana : Nous sommes en train de commencer une étape de démonstration sur la région de Castres. Nous développons la solution sur le terrain afin de l’affiner et l’adapter aux besoins spécifiques des techniciens d’ERDF.

Bruno : ERDF nous permet de donner vie à ce projet. C’est une étape importante à franchir pour une PME : trouver le client qui permettra de développer une activité qui n’en est qu’à un stade de recherche.


www.sireagroup.com

premier prix
Premier prix

La protection des agents avant tout !

Labège (Haute-Garonne)

EXEM – 14 salariés – Créée en 2010

Le premier prix a été remporté par la société EXEM, start-up de Haute-Garonne qui a développé un détecteur compact de champ magnétique pour la sécurité des techniciens et la cartographie des réseaux. « Grâce au concours nous sommes en phase d’expérimentation : nous finalisons actuellement le développement d’un prototype qui sera suivi d’une phase de pré-industrialisation. Ce dispositif, déclinable pour d’autres clients, nous donne beaucoup d’idées et s’inscrit totalement dans la stratégie de diversification de l’entreprise » , souligne Guilhem Astre, président d’Exem. « Côté RH, la réponse au concours a permis de créer des emplois qui ont été pérennisés grâce à la collaboration avec ERDF. Nous attendons désormais l’aboutissement du projet, prévu fin 2016, pour lancer une nouvelle phase de communication et de développement. »


www.exem.fr

deuxième prix
Deuxième prix

Des réseaux sous haute surveillance

Labège (Haute-Garonne)

Société Intesens – 15 salariés – Créée en 2009

Intesens a conçu des micro-capteurs permettant de surveiller les installations industrielles à distance : un système d’alerte particulièrement prometteur. Son directeur, Mathieu Sacrispeyre, témoigne : « Remporter ce prix a permis de renforcer notre notoriété aussi bien au niveau local que national : notre offre est plus visible et plus claire. Nous avons ainsi acquis plus de crédibilité auprès d’institutionnels et de grandes entreprises, aussi bien dans le secteur électrique que sur d’autres marchés.
2015 a été une année faste pour Intesens, nous avons gagné deux autres concours et fait une levée de fonds. Grâce à ces différents événements, nous avons pu recruter 5 personnes et en 2016 nous prévoyons de nouvelles embauches ! »


www.intesens.com

troisième prix
Troisième prix

Des réseaux ultra-connectés

La troisième place est décernée à deux start-ups ex aequo : les sociétés DCBrain et GeoKaps.


Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

DCbrain – 6 salariés – Créée en 2014

La société DCbrain a développé un logiciel pour surveiller les réseaux électriques, détecter les points faibles, anticiper les défaillances et leur propagation. Une solution permettant de réduire les coûts d’exploitation du réseau, améliorer sa fiabilité et réduire son impact sur l’environnement. Pour Arnaud de Moissac, son Directeur Général : « Le concours a donné beaucoup de visibilité et de crédibilité à notre solution. Le fait qu’un acteur tel qu’ERDF valide notre approche et notre technologie nous permet de toucher plus de prospects. Ils sont désormais plus à l’écoute de notre offre, ce qui nous positionne différemment sur le marché.
Récemment, nous avons reçu plusieurs commandes directement liées à ce concours car il nous a permis d’améliorer notre connaissance métier. C’est crucial pour nous, en effet, nous avançons désormais plus vite, avec une meilleure connaissance des enjeux et détectons de nouveaux projets qui pourraient être développés à l’avenir. »


www.dcbrain.com

Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime)

GeoKaps – Créée en 2015

La société GeoKaps propose un réseau social permettant de développer la communication avec les usagers de manière géolocalisée. Un outil idéal pour améliorer la relation client, en ciblant avec précision les destinataires des messages diffusés. Son directeur technique, Yann Petit : « Le concours nous a permis de gagner en visibilité et en légitimité compte tenu de notre jeunesse : notre société a 6 mois à peine ! Désormais, lorsque nous répondons à un appel d’offres, la mention du concours et du prix obtenu dans le dossier d'accompagnement est un avantage indéniable. Du reste, l’expérimentation avec ERDF va bientôt commencer, ce qui nous permettra d'afficher une référence significative à destination de nos futurs clients et partenaires.»


www.geokaps.com